Ads Top

La Machine à explorer le temps

La Machine à explorer le temps (Dobbs/Mathieu Moreau) Glénat
Londres, fin du XIXe siècle. Un groupe d’amis écoute les aventures de celui qui prétend être le premier voyageur du temps. Son récit débute en l’an 802 701. La Terre est alors habitée par les Éloïs, descendants des hommes vivant en harmonie, passant leur temps à jouer et à manger des fruits dans un immense jardin d’Eden. Mais derrière ce paradis se cache un terrible secret... Car une autre espèce vit dans les profondeurs de la Terre : les Morlocks, sortes de singes blancs aux yeux rouges ne supportant plus la lumière du jour à force de vivre dans l’obscurité. La nuit, ils remontent à la surface pour kidnapper et se nourrir des Eloïs...

Dessinateur : Mathieu Moreau - Scénariste : Dobbs

D’après l’œuvre d’H.G.Wells
Collection: HG Wells collection  
Paru le 11.01.2017

La Machine à explorer le temps (Dobbs/Mathieu Moreau) GlénatGlénat a annoncé en décembre dernier qu’une collection consacrée aux romans d’H.G. Wells allait voir le jour. Les livres d’H.G. Wells sont devenus des classiques considérés comme précurseurs du récit d’anticipation et ont souvent été adaptés au cinéma mais pas encore en bande dessinée. Le premier des romans à être adapté est donc La Machine à explorer le temps. La Guerre des Mondes est le suivant : le premier tome est déjà paru sur les 2 prévus. L’Homme Invisible fera également l’objet de 2 tomes. La dernière adaptation prévue pour le moment est L’île du Dr Moreau. Le scénariste de tous ces tomes sera Dobbs alors qu’il y aura un dessinateur différent par série. Dobbs a déjà signé plusieurs adaptations via la collection 1800 de Soleil. Les dessins de La Machine à explorer le temps sont confiés à Mathieu Moreau, auteur du Cycle de Nibiru.



Le scénario de cette adaptation est très proche du roman originel. Le dessin met très bien en valeur l'époque de la fin du du XIXe siècle en lui donnant presque une esthétique proche du steampunk avec les nombreuses horloges présentes notamment. Pour prouver l'existence de sa machine, le personnage principal va effectuer un premier voyage à l'aide de la machine qu'il a conçue et se retrouve en l'année 802 701. C'est bien loin tout ça, on se demande à quoi la Terre ressemblera à cette époque. 

La Machine à explorer le temps (Dobbs/Mathieu Moreau) Glénat
Elle aura bien changé comme s'en apercevra vite le voyageur temporel. Elle est habitée par 2 espèces différentes: les Éloïs, vivant en communauté et en harmonie, en tout bien tout honneur et se ressemblant étrangement, et les Morlocks, vivant eux dans l'obscurité et sous terre. Le roman d'H.G. Wells contenait une violente critique de la société anglaise de son époque avec les bourgeois représentés par les Éloïs alors que les Morlocks personnifiaient les travailleurs forcés. Cette critique de la société est moins présente dans cette adaptation mais elle est évoquée.

Les dessins mettent bien en évidence la différence entre les 2 mondes: les paysages où vivent les Éloïs sont luxuriants avec un tracé fin et des couleurs pastels et lumineuses alors que le monde des Morlocks est sombre avec des traits plus grossiers, et met en avant la peur qu'ils font ressentir au personnage principal. Dans le monde des Éloïs, la nature a repris ses droits sur la civilisation et l'harmonie règne en apparence. L'univers des Morlocks est gris et fait de béton. Tout les oppose, ce que le dessin met parfaitement en évidence.

Le rythme du récit est intense et on ne s'ennuie pas une seconde. On est très vite plongé dans ce monde futuriste et dans l'histoire du premier voyageur temporel connu. Cette adaptation est donc plutôt réussie et permet de faire connaitre l’œuvre d'H.G. Wells à ceux qui n'ont pas lu le roman. Et pour ceux qui l'ont lu, elle permet de se replonger dans ce classique de la littérature de science-fiction.

Aucun commentaire:

N'hésitez pas à commenter mais sachez que tout spam sera impitoyablement anéanti !
(vous pouvez aussi utiliser un compte Facebook)

Fourni par Blogger.